Attention, je ne suis en aucun cas un expert du domaine et quelques fautes ont pu se glisser ici et là. Si vous avez la moindre remarque ou interrogation sur le contenu, n’hésitez surtout pas à me contacter par mail à l’adresse suivante : claviercustom.com@gmail.com

La création de clavier customisés à vu le jour en Asie courant 2014. Ces dernières années, le hobby à vu sa popularité exploser aux Etats-Unis, et arrive petit à petit en France. Alors comment faire son clavier personnalisé ? Est-ce qu’un clavier mécanique personnalisé change quoi que ce soit par rapport aux claviers mécaniques classiques ? Nous allons tenter de répondre à toutes les questions que vous vous posez dans ce tutoriel.

Que vous soyez à la recherche d’un clavier personnalisé de gamer ou d’écrivain, vous pourrez faire votre propre clavier qui répond à vos besoins.



Pourquoi acheter un clavier mécanique customisé ?

Admettons le, le marché actuel des claviers mécaniques est régi par de nombreuses grosses marques, comme Razer, Corsair, Logitech… Qui proposent plus ou moins tous la même recette. Un boîtier noir sans vie, un choix de switches limité, aucun choix dans les touches de clavier. Bien souvent avec un circuit imprimé propriétaire, les switches y sont soudés et la personnalisation est alors très limitée. De nombreux grand fabricants s’essaient aujourd’hui de proposer plus de personnalisation à leurs produits. Vous pouvez par exemple toujours changer les Keycaps de votre clavier, quel que soit votre clavier.

L’aspect visuel

Le principal avantage, c’est qu’il sera à votre goût visuellement. Vous avez le choix des couleurs, des matériaux utilisés et même de la typographie présente sur vos touches de clavier si cela vous chante. De plus, quoi de plus beau qu’un clavier en accord avec son décor, votre bureau. Bien plus qu’un visuel, vous pouvez aller jusqu’au ressenti de votre frappe, le froid d’un clavier en aluminium, la chaleur d’un clavier en bois.

Le son

Ce qui a vraiment alimenté la côte de ce hobby, c’est la recherche du son parfait. Certains le préfèrent aigu, d’autres plus grave, le son est l’accomplissement de tous les composants de votre clavier. Le boîtier peut résonner ou bien atténuer le son de la frappe, et le son de vos switches diffère d’un type à l’autre. Le profil des touches aussi joue beaucoup dans la recherche de ce son, car des touches hautes résonnent plus que les touches classiques.

L’ergonomie

Un des facteurs qui peut motiver à vouloir un clavier custom est l’ergonomie. Effectivement, il existe des claviers personnalisés qui sont plus ergonomiques que des claviers classiques. En variant la forme du boîtier pour adopter une posture plus confortable, cela peut vous éviter des maux aux poignets par exemple. De même, si la course de vos switches est courte, cela vous demandera moins de mouvements et d’énergie pour rédiger un texte par exemple. Sans compter que la motivation de certains est purement liée à la santé, car si vous passez vos journées à écrire sur clavier mécanique, autant bien choisir son outil, qu’il soit confortable et facile d’utilisation.

Des fonctionnalités supplémentaires

Dans certains cas, un clavier classique ne correspondra pas ou ne sera pas adéquat à votre utilisation. C’est pour cela qu’il existe des fonctionnalités supplémentaires sur certains claviers, pour palier à ces manques. Par exemple, vous pouvez obtenir un clavier avec un encodeur rotatif, appelé en anglais « Knob » qui peut être reprogrammé à souhait pour effectuer l’action que vous désirez (modifier le volume, changer rapidement de fenêtre, etc.). De la même manière, sur la plupart de ces claviers vous pourrez reprogrammer les touches comme bon vous semble (avec VIA par exemple).

Construire un clavier par vous même est compliqué, mais pas impossible

Ce qui explique la croissance de monteurs de claviers, c’est le temps d’apprentissage qui est nécessaire pour pouvoir commencer à faire son propre clavier. Les pièges y sont nombreux, et il vous faudra plusieurs heures de binge-watching sur YouTube pour espérer en apprendre toutes les ficelles. Mais une fois que vous aurez réussi, tout cet investissement en temps se montrera d’autant plus gratifiant !

Commençons par le commencement. À l’écriture de cet article, il n’existe aucun bon guide français pour bien débuter dans ce hobby, et il apparaît comme une bulle opaque et hermétique. Je vais donc faire de mon mieux pour vous introduire à celui-ci !

L’anatomie du clavier mécanique custom

Un clavier mécanique, ca contient en général 6 éléments. Une fois ces 6 éléments regroupés, vous pourrez enfin vous atteler au montage de celui-ci.

  • Un boîtier
  • Un circuit imprimé
  • Des stabilisateurs
  • Une plaque de pression
  • Des switches
  • Des touches de clavier

Et si vous souhaitez faire votre propre clavier dans les règles de l’art, il vous faut aussi du lubrifiant. Je sais, ça peut paraître bizarre, mais croyez moi, vous allez en avoir besoin. Bien sûr, ce n’est pas n’importe lequel, le plus utilisé étant le Krytox 205 G0, qui est connu pour être le plus polyvalent. Retrouvez plus de détails dans notre guide de lubrification de switches.

Vous pourriez aimer :  Choisir le meilleur switch mécanique selon votre utilisation

Quel format pour votre clavier mécanique ?

Il existe de nombreuses variantes de formats de clavier que nous avions couvert dans cet article. En voici un court résumé.

  • 60% : Un clavier sans touches fonctions, ni pavé numérique, ni flèches directionnelles
  • 65% : Comme pour le clavier 60%, mais avec les flèches directionnelles
  • 75% : Clavier 100% sans pavé numérique, avec aucun espace entre les touches
  • 80% ou TKL (Tenkeyless) simplement un clavier classique en 100% sans le pavé numérique, il garde la même disposition
  • 96% : Votre clavier 100% complet sans espaces entre les touches

Ce n’est qu’une brève liste des formats de claviers qui existent, et d’autres sont beaucoup plus exotiques, mais beaucoup moins populaires également. Généralement, le format 60% étant le plus demandé, les tarifs de ceux-ci sont plus attractifs que d’autres formats. Vous aurez aussi moins de difficultés à trouver des composants en fabriquant un clavier 60%.

A noter : Plus votre clavier sera de grande taille, plus celui-ci vous reviendra cher. Un plus grand nombre de switches à prévoir, un set de touches plus grand, un choix limité de composants pour certaines tailles… En définitive, en tant que débutant, privilégiez le format 60%, qui est un format plus répandu chez les enthousiastes.

Le boîtier ou « case »

Il existe de nombreuses variantes de boîtiers pour votre clavier. Différents formats, mais aussi une large variété de matériaux, allant du simple étui en plastique, à de plus exotiques boîtiers en bois, métaux et matériaux différents. Si vous aimez le RGB, un clavier transparent pourra s’illuminer d’avantage. Pour d’autres ce n’est pas une tasse de thé, et préfèrent le look d’un bloc d’aluminium par exemple.

Quoi qu’il en soit, veillez à prendre un boîtier de la même taille que votre circuit imprimé, et qui comporte également les mêmes points de fixation par rapport à celui-ci.

Circuits imprimés ou « PCB »

Les PCB de claviers sont comme la carte mère pour votre ordinateur. C’est cet élément qui va accueillir tous les signaux envoyés par vos switches et les transmettre à votre ordinateur. Il en existe de nombreuses variétés et il est très facile de se perdre dans le choix de ceux-ci.

Les points importants :

  • Certains PCB n’acceptent que les switches à 3 pins, tandis que d’autres nécessitent l’installation de switches à 5 pins. Certains switches ont 2 pattes supplémentaires pour augmenter le maintien sur le PCB. Les switches 5 pins seront dont compatibles avec tous les montages, car vous pouvez toujours ôter les deux pins supplémentaires. En revanche, adapter des switches 3 pins sur un PCB nécessitant des switches 5 pins rendra votre montage bancale.
  • Il existe deux types de circuit imprimés; Hotswap et Soudable. Le premier permet le changement se switches en les clipsant et déclipsant, tandis que le soudable vous demandera de souder et dessouder vos switches.
  • Faites également attention aux dispositions (Layout) de ceux-ci ! Très peu sont au format ISO, et la plupart seront en ANSI.
Les différences entre ANSI et ISO

Stabilisateurs ou « stabs »

Les stabilisateurs sont de petits éléments qui se fixent sur votre circuit imprimé ou sur votre plaque de maintien. Leur rôle est de stabiliser les touches plus larges telles que shift, ctrl, espace, entrée, etc. pour assurer que toute la touche descend au même rythme.

Il existe deux types de stabilisateurs, à savoir les stabilisateurs a clipser et les stabilisateurs à visser. Faites bien attention lors de l’achat de votre boîtier quel type de stabilisateurs sont présents, surtout si votre circuit imprimé requiert de la soudure. Cela vous évitera de devoir dessouder tous les switches pour changer vos stabilisateurs.

Ne lésinez surtout pas sur l’achat de vos stabilisateurs. Vérifiez bien qu’ils soient compatibles avec la disposition de vos touches, surtout en largeur. La touche espace sera celle qui est la plus utilisée, alors prenez des stabs qualitatifs, sans quoi votre ressenti ne sera pas optimal.

Plaque de maintien ou « plate »

Cette plaque se fixe directement sur votre circuit imprimé et maintiens vos switches en place. Bien que facultative, elle n’est pas souvent présente sur des claviers d’entrée de gamme, mais est un standard dans les claviers milieu de gamme. Vous aurez plus de choix de finition et de matériaux sur un clavier haut de gamme, et cela peut changer considérablement la sonorité de votre clavier. Un des matériau les plus haut de gamme pour ce composant est généralement le laiton, qui rendra votre frappe plus cristalline, tandis que le FR4 par exemple rendre votre sonorité plus grave et étouffée.

Le format de ces plaques est très différent d’un clavier à un autre. Je vous conseille d’acheter directement les plaques depuis le même vendeur que votre boîtier et/ou PCB si elles existent, cela vous évitera de mauvaises surprises.

Vous pourriez aimer :  Où acheter ses touches de clavier personnalisées ?

Le choix de vos switches

Largement couvert par notre guide choisir ses switches pour son utilisation, nous allons faire ici un court résumé. Il existe 3 types des switches mécaniques; les linéaires, tactiles et les clicky. Ces trois catégories de switches ont tous un ressenti et un son différent.

Les linaires ont une course constante, sans résistance particulière lors de la frappe.

Les switches tactile ont une résistance en milieu de course que vous pouvez ressentir à la frappe.

Les switches clicky ont la même résistance que les tactiles, mais avec un signal sonore une fois cette résistance passée.

Ce choix dépend uniquement de votre préférence, et nous vous recommandons grandement de pouvoir tester le type de switches que vous aimez avant de faire le grand saut. Le plus simple est de vous rendre directement dans une grande surface et tester des claviers préconçus pour trouver ce que vous préférez. Notez que cette approche se fera uniquement sur des switches non modifiés, et que cela peut varier grandement en termes de ressenti. Si vous souhaitez trouver de suite votre perle rare, des testeurs de switches existent à la vente comme celui-ci.

Les touches de clavier ou « Keycaps »

Et enfin, les touches de clavier. Il en existe de plusieurs matières, couleur et surtout prix. Les Keycaps ont un certain profil, qui peut différer le set choisi. Si vous désirez en savoir plus, nous avons couvert le sujet dans notre guide tout savoir sur les touches de clavier, mais en voici un court extrait.

Il existe de nombreux matériaux pour la fabrication de Keycaps, mais voici les deux plus communs :

  • ABS ou acrylonitrile butadiène styrène, est le matériau le plus commun, car utilisé depuis des générations maintenant. L’avantage pour le fabricant est que ce matériau est facile à mouler et à former à sa guise, et ne se travaille pas à très haute température. L’inconvénient est qu’au fur et à mesure des années d’utilisation, ces Keycaps deviennent brillantes à cause de l’abrasion liée aux sudations extraites au bout de vos doigts.
  • PBT ou polytéréphtalate de butylène, est le matériau le plus récent, et commence à être largement adopté par les fabricants de touches. Il se travaille a plus haute température que l’ABS, et est plus dense également. Le gros avantage est qu’il ne craint pas les frottements avec les doigts, même sur le long terme. Les touches s’useront certes, mais ne brilleront pas.

De plus, votre touche peut être moulée en une fois, ou en deux fois. On parle alors de Double-shot PBT par exemple, pour une touche où l’intérieur est moulé, et une seconde couche est appliquée à l’extérieur. De cette manière, les lettres présentes sur la première couche ne s’effaceront pas avec le temps. Cela résulte également en une liberté en terme de design plus importante que sur des touches classiques.

Attention au profil de vos touches de clavier !

Il existe de nombreuses disparités en termes de hauteur et de tailles. Toutes ces touches vont s’adapter sur vos switches, mais certains profils ne vous permettront pas de placer toutes vos touches.

Pour ce qui est du choix de votre profil, il n’en tient qu’à votre goût personnel. Certains préfèrent les touches les plus basses possibles, et d’autres préfèrent les touches très hautes avec l’ajout d’un repose-mains par exemple.

C’est également ces touches qui vont résonner dans le clavier lors de la frappe. Privilégiez donc les touches hautes si vous souhaitez un son plus prononcé, et des touches plus classiques et basses pour en atténuer le son.

Lors du choix de vos touches, vous tomberez sur ce genre de schéma, sur lequel R correspond à Row, et défini une rangée de touches. Selon le profil de touches que vous aurez choisi, les profils entre les Row seront différents, et rendront impossible de faire un AZERTY depuis un QWERTY juste en échangeant les touches.

Autre point important, les touches ont pour unité de grandeur le « u ». 1u correspond à une unité, une touche standard. A partir de cela, d’autres touches ont pour unité « 1,5u » ou « 2u » qui correspond à la taille des touches. C’est un point très important qui vous aidera lors de votre choix de stabilisateurs mais aussi de touches de clavier par rapport à la disposition du circuit imprimé.

Où acheter mon clavier mécanique personnalisé ?

Et c’est là que ça se complique. La plupart des éléments qui composent les claviers mécanique personnalisés ne sont pas produits en grandes quantités. La plupart des fabricants sont de petites sociétés ou personnes produisant des claviers très hauts de gamme font des tirages très limités et souvent très onéreux. À cela s’ajoute un délai de production artisanal lui aussi, qui demande beaucoup de temps, qui se compte généralement en mois ou une année dans le pire des cas.

Vous pourriez aimer :  Comment nettoyer son clavier mécanique ?

Les claviers d’entrée de gamme sont facilement trouvables sur Amazon par exemple tel que le GK61XS dont nous avons fait le test. Il est produit par Epomaker / Skyloong, qui malgré son caractère bon marché, sera un excellent point de départ pour les débutants.

Plus on monte en gamme et en qualité, plus cela vous demandera de la patience et de l’argent. On peut citer par exemple le Mode 80 de Mode Designs, qui coûte au bas mot 459$ sans options. C’est le prix à payer pour un clavier très haut de gamme.

Les bonnes adresses !

En Europe

  • Mykeyboard.eu (Belgique) Revendeur officiel de la marque GMK, celui-ci se charge de la distribution en Europe de nombreux produits comme des claviers, switches en tout genre, touches de clavier et bien d’autres. Principalement des produits d’exception, il faut garder l’œil vif pour saisir la bonne opportunité.
  • Candykeys (Allemagne) Revendeur Allemand, qui distribue quant à lui les marques Vortex et Leopold, qui sont de véritables bijoux. Ils distribuent également les claviers de KBDFans en Europe.
  • Keygem (Allemagne) Revendeur Allemand, qui propose une pléthore de composants, et distribue aussi KBDFans en Europe.

À l’international

  • KBDFans (Chine) un excellent site pour se procurer son clavier, ses switches et ses touches. Une bonne partie des articles sont en stock chez eux, et certains sont en précommandes, vérifiez si la mention GB (Group Buy ou Achat groupé en français) est présente.
  • Canonkeys (USA) Comme KBDFans, Canonkeys crée ses propres claviers près à être assemblés.
  • Aliexpress (Chine) On y trouve de tout, des articles et des prix plus ou moins intéressants. On reste tout de même sur de l’entrée / milieu de gamme.

Les différents types de montage de clavier mécanique

Là, on rentre dans l’aspect technique. Je vais faire de mon mieux pour tout vous expliquer mais si vous êtes anglophones, vous pourrez retrouver la cheat sheet de Thomas Baart qui vous explique tout ça.

Le montage sur plots (tray mount)

Le circuit imprimé est fixé au bas du boîtier à l’aide de plots taraudés.

La plaque de maintien est elle aussi percée afin de pouvoir visser le PCB au boîtier.

Les plus

  • Positions standardisées pour les plots des claviers en format 60%
  • Bon marché et relativement facile à produire

Les moins

  • La position des plots procure une résistance aléatoire sur certains montages
  • Son produit aléatoire

Le montage sur la partie haute (top mount)

La plaque de maintien est attachée à la partir haut du boîtier.

Les plus

  • Peut procurer un son et un ressenti plus régulier
  • Beaucoup de possibilités de personnalisation
  • Compatible avec tous les matériaux de plaque de pression

Les moins

  • Nécessite une plaque de maintien sur mesure

Le montage sur partie basse (bottom mount)

La plaque de maintien est fixée sur la partie basse du boîtier.

La partie haute du boîtier n’a pas d’utilité fonctionnelle, et n’est qu’esthétique.

Les plus

  • Peu procurer un son plus singulier et un ressenti plus consistant que sur le montage sur partie haute

Les moins

  • Nécessite une plaque de maintien sur mesure

Le montage sandwich (sandwich mount)

A la manière d’un sandwich, la plaque de maintien est prise entre la partie haute et la partie basse du clavier.

Les plus

  • Son singulier également et ressenti consistant
  • Facile à produire et à conceptualiser

Les moins

  • A tendance à rendre la frappe plus dure que les autres alternatives

Le montage sans plaque de maintien (plateless mount)

Comme son nom l’indique, le montage se fait sans plaque de maintien, à même le circuit imprimé.

On parle aussi de montage sur circuit imprimé directement.

Les plus

  • La frappe est bien plus flexible que sur les autres montages
  • Est plus facile à designer que d’autres montages

Les moins

  • Est plus fragile que les autres montages

Le montage intégré (integrated mount)

La partie haute du clavier fait office de plaque de maintien, les switches se fixent directement dessus.

Les plus

  • Facile à fabriquer
  • Un design unique

Les moins

  • Procure une frappe plus sonore
  • Plus dur que les autres montages

Le montage sur joints (gasket mount)

Un joint est inséré au dessus et au dessous de la plaque de maintien.

De nombreuses variations sont possibles, en variant les matériaux des joints et des plaques de maintien. La plupart des montages peuvent se monter avec des joints.

Les plus

  • Amortis beaucoup la frappe, rendant plus doux à l’oreille et moins claquant
  • Plus de tolérances que les autres types de montages

Les moins

  • Est généralement plus cher que les autres montages

Vous avez désormais tous vos composants et connaissances, nous pouvons maitenant passer à l’assemblage de votre clavier !

👉 Assembler mon clavier custom ! 👈