Vous avez enfin tous vos composants, une journée devant vous et l’envie de terminer votre clavier mécanique custom ? C’est le moment idéal !

Certains claviers mécaniques nécessitent de devoir souder les switches sur le circuit imprimé. Bref, cela représente un coût supplémentaire d’acheter ce nécessaire de soudure, et s’avérer aussi intimidant si vous n’en avez jamais fait auparavant. Au contraire, les circuits imprimés dits « Hotswap » (PCB dont les switches sont « clipsés« ) sont très courants aujourd’hui, et ne requièrent pas de soudure. Bien que ce soit utile d’avoir un matériel de soudure chez soi, vous n’en aurez certainement pas besoin pour votre premier clavier mécanique custom. Si votre clavier nécessite la soudure des switches, rendez-vous sur ce guide.

Ces PCB vous permettent de faire votre premier clavier mécanique très facilement, sans aucune connaissance ou presque.

👉 Pour trouver vos composants, vous pouvez vous référer à notre guide pour faire votre premier clavier custom, et revenir à celui-ci pour le montage.👈

Préparation de vos composants

Veuillez noter que cette partie est facultative pour avoir un clavier fonctionnel, mais changera considérablement votre ressenti du clavier. Je vous conseille grandement de suivre ces étapes préalables que certains considèrent comme indispensables.

Lubrifier ses switches et ses stabilisateurs

Une fois que vous aurez lubrifié et utilisé vos switches, vous ne pourrez plus revenir en arrière. C’est tout simplement l’essence même de ce hobby. Il s’agit de la plus grosse transformation que vous pourrez effectuer à votre clavier, et qui changera considérablement votre rapport à celui-ci. C’est une étape assez longue, et selon votre nombre de switches, cela peut durer quelques heures. De nombreux hobbyistes trouvent dans cette étape un moyen de se détendre, avec un bon café chaud et de la musique par exemple.

Certains switches sont lubrifiés en usine. Bien que ce soit un plus, et que les lubrifications sont de plus en plus qualitatives, mieux vaut le faire vous même. On n’est jamais mieux servi que par soi-même !

Découvrez pourquoi il faut lubrifier vos switches 👉 ici 👈.

Bien qu’extrêmement bénéfique, il faut néanmoins respecter quelques règles pour le faire proprement.

Vous pourriez aimer :  GMK, la cerise sur le clavier

Dans un premier temps, il vous faudra vous munir d’un pinceau assez fin, d’un outil pour ouvrir vos switches, du lubrifiant (Krytox 205 G0 par exemple) et si possible d’un station de lubrification. Vous devrez donc presser votre switch sur l’outil pour pouvoir l’ouvrir. Vous en obtiendrez plusieurs éléments :

  • le compartiment du haut ou top housing
  • le compartiment du bas ou bottom housing
  • La tige ou stem
  • le ressort ou spring

Lubrifier le compartiment bas ou bottom housing

Pour la partie basse, munissez vous de votre pinceau et attrapez une très petite noisette de lubrifiant, que vous allez étaler sur les deux sliders situées de chaque côté du switch. Cette étape est très importante car c’est cette partie qui guide le mouvement du stem lors de la pression.

Lubrification sliders
Lubrification contact

Avec le lubrifiant restant sur le pinceau, appliquez une légère couche au niveau du contact, aux deux extrémités.

La tige ou stem

C’est la partie la plus importante de ce processus, mais attention, tous les switches ne doivent pas être lubrifiés de la même manière. Lubrifier ses switches linéaires, c’est un must. Il n’y aura aucun désavantage à faire cela, et à moins de rater complètement la lubrification, ce sera une amélioration de vos switches.

Pour les switches tactiles, c’est une autre paire de manche. C’est un débat récurrent, faut-il lubrifier vos switches tactiles ou pas? Certains vous diront que cela ne pose pas de problème et d’autres vous diront que cela ne se fait absolument pas.

La raison est simple; comme vu dans notre guide Quel switches pour votre utilisation, un switch tactile est défini par sa résistance généralement en milieu de pression, appelé « bump ». Si vous lubrifiez cette partie, vous atténuerez ce ressenti. Le meilleur moyen de vous faire votre propre opinion est de tester. Chaque switch tactile à ses propres caractéristiques, et je pense que cela doit vous convenir avant tout.

Maintenant passons à la pratique !

Bien qu’optionnel, si vous avez un stem holder, cela vous rendra la tâche bien plus simple, et moins désordonnée. Tenez donc le stem par la croix, avec vos doigts ou le stem holder. Munissez vous également de votre pinceau utilisé précédemment pour appliquer une fine couche de lubrifiant sur les 4 faces de votre stem. La règle d’or est d’appliquer une couche si fine que vous devez en percevoir une légère brillance à la lumière, sans pour autant constater de couche épaisse ou inconsistante.

Vous pourriez aimer :  Comment fonctionne un switch mécanique ?

Pour la face avec les legs, lubrifiez d’abord la partie haute, que votre switch soit linéaire ou tactile. Comme dit auparavant, si vos switches sont linéaires, vous pouvez appliquer une fine couche sur les legs également. Si vos switches sont tactiles, à vous de tester si cette étape vous convient.

Lubrification du pole

Pour le lubrifiant résiduel sur votre pinceau, nous allons l’utiliser sur le dessous du stem. D’abord sur la face, puis autour du pole. Pour finir, vous pouvez également lubrifier l’extrémité du pole.

Lubrifier le ressort ou spring

La technique la plus simple est de regrouper tous vos ressorts dans un sac congélation, et d’y mettre quelques gouttes de lubrifiant. Secouez, et massez les ressorts pour que la couche ajoutée soit uniforme. Généralement, le lubrifiant utilisé est le GPL Krytox 105, qui est plus liquide et visqueux que le Krytox 205 G0 classique.

Filmer vos switches

Un film de chez Deskeys

En plus de cela, vous pouvez également filmer vos switches. Cela consiste à insérer un film, généralement en mousse qui permet d’atténuer le jeu qu’il pourrait y avoir entre les deux parties (housings) du switch.

Préparer le boîtier

Une autre modification intéressante si vous souhaitez ajuster la sonorité de votre clavier est la modification directe du boîtier. Il n’y à pas de recette miracle, mais l’idée est d’ajouter une matière absorbante au fond du clavier, afin d’y atténuer la sonorité aigüe de celui-ci. De ce côté, pas de matériau miracle, le plus couramment utilisé étant de la mousse. Si vous décidez de faire cette modification, faites bien attention à l’épaisseur de votre matériau, sans quoi vous ne pourrez pas fermer votre clavier.

De même, si votre montage est tray mount, vous pouvez également ajouter des joints entre les vis et les plots de fixation. Les vibrations de la frappe sont atténuées.

Préparer les stabilisateurs ou stabs

Tout comme les switches, le meilleur moyen d’améliorer vos stabilisateurs est la lubrification. Elle est un peu particulière, et ne se fait pas comme pour les switches. Dans ce cas là on utilise des lubrifiants beaucoup plus denses et épais, pour amortir au maximum l’effet de rattle, un tremblement de toute la touche au son et ressenti désagréable.

Lubrification du stabilisateur
Orientation du stabilisateur

Pour les parties plastiques, on applique une légère couche de lubrifiant (Krytox 205 G0 pour citer le plus connu) à l’intérieur de ces compartiments.

Vous pourriez aimer :  Choisir le format de son clavier mécanique

Vous pouvez également ajuster l’orientation de la tige, pour qu’elle soit la plus droite possible. Il vous suffit de la poser sur une surface plane, et d’appuyer sur le côté à rectifier.

On insère la tige dans le tube de lubrifiant, par soucis de praticité
On applique une couche uniforme ou presque, jusqu’au coude de la tige

Pour la tige métallique, on vient tremper directement les extrémités dans la graisse, avant de les glisser dans leurs compartiments en plastique.

On insère la tige dans le compartiment dédié
On clipse la tige dans la patte du stabilisateur

Vous entendrez un « clic » une fois vos tiges bien positionnées dans les housings.

Le résultat final

Assembler votre clavier mécanique !

Enfin, vous allez enfin pouvoir assembler tous vos composants et commencer à utiliser votre tout nouveau clavier !

Monter les switches

C’est une étape assez simple en soi. Vous vous munirez de votre premier switch, pour l’insérer directement sur la plate ou directement sur le PCB si vous possédez un clavier PCB mount. Vous pouvez répeter l’opération jusqu’à remplir totalement votre clavier. Certains montages sont plus durs que d’autres, veillez donc à bien jauger votre force pour enfoncer le switch. Faites aussi attention que les pins du switch soient bien dirigés vers les contacts correspondants, pour éviter de les plier. Si toutefois vous auriez forcé sur un switch, il vous suffira de redresser les pins à l’aide d’un pince.

Vous pouvez maintenant fixer le tout convenablement. Vous n’avez pas besoin de serrer vos vis au maximum, vous risqueriez d’abîmer les pas de vis.

Monter les keycaps

Simple comme bonjour ! Référez vous directement au layout de votre clavier si celui-ci vous est fourni, ou téléchargez directement le logiciel VIA, qui vous indiquera quelle touche vous pressez et trouver la touche de clavier correspondante.

Il ne vous reste plus qu’à fixer les keycaps sur vos switches, et brancher votre clavier. Le tour est joué !